Image Image Image Image Image Image Image Image Image

les 10 commandements pour progresser en escalade

les 10 commandements pour progresser en escalade

La formule magique qui nous fera passer du 5A au 8A en 15 jours n’existe pas encore, donc en attendant voici quelques conseils :  

1 : Tu grimperas !

 

Cela peut paraître évident, mais un grimpeur escaladant une seule fois par semaine aura beau faire tout ce qu’il faut pour progresser, il progressera moins vite que s’il grimpait trois fois par semaine. Donc si vous souhaitez évoluer en escalade, essayer d’y consacrer deux ou trois séances par semaine !

 

2 : l’intensité de tes séances, tu augmenteras

 

Plus vos séances seront intenses (intensité = nombre de voies/blocs x degré d’effort), plus elles payeront, surtout si vous avez plusieurs jours de récupération entre deux séances. Donc si au bout de cinq voies et d’une heure et demi d’escalade vous êtes HS, je vous conseille de faire des séances de volume pour augmenter votre capacité à supporter de plus grosses séances.

 

3 : ta résistance, tu travailleras

 

La notion de résistance, en escalade, désigne la capacité d’un grimpeur à enchainer une succession de mouvements sans repos total (sans lâcher les prises de mains). On pourrait écrire trois pages sur ce sujet, mais ce n’est pas l’objectif ici : lorsque vous sentez vos avant bras tripler de volume et que vous ne pouvez plus avancer, c’est, en partie, un problème de résistance physique. Pour enfin valider cette satanée voie que vous ne parvenez pas à enchaîner sans vous arrêter trois fois, je vous conseille de faire des séances de résistance . Vous pouvez aussi vous contenter de finir vos séances par 30 min d’exercices de résistance !

 

4 : Ta technique, tu affineras

 

La technique en escalade réunit plusieurs aspects : la gestuelle spécifique, le placement, le dynamisme, la précision, l’efficacité… L’expérience est ce qui vous fera le plus progresser. Vous pouvez néanmoins faire des exercices qui vous donneront les clés face à des difficultés spécifiques. N’hésitez pas non plus à observer d’autres grimpeurs plus expérimentés, demander des conseils…

 

5 : La lecture de voie, tu apprendras

 

Plus vous comprendrez les mouvements demandés dans une voie, plus vous la réussirez facilement, avec le rythme nécessaire : lorsque les mouvements sont dures, avancez vite, lorsque vous êtes sur une bonne prise dans une position confortable, essayez de récupérer et d’étudier la suite de la voie. Donc même si la lecture vous paraît pour l’instant abstraite et laborieuse, forcez vous à le faire en vous faisant aider pour qu’elle devienne naturelle. Vos pouvez aussi lire les fiches de séances « apres travail » et « à vue » qui vous donneront des conseils la dessus

 

6 : Des voies/blocs au dessus de ton niveau, tu arpenteras

 

La progression en escalade passe par une phase où l’on se sent très à l’aise dans une cotation, mais où l’on butte sur la cotation supérieure, et souvent on n’ose pas y aller en se disant qu’on n’a pas le niveau. C’est une erreur ! Si vous ne persévérez pas à essayer la cotation supérieure, vous n’offrez pas à votre corps la possibilité de s’habituer à un effort plus important, et vous n’apprendrez jamais les techniques inhérentes à votre progression. Alors ne faites pas que ça, surtout si vous ne voulez pas vous froisser avec votre binôme, mais n’hésitez pas à partir dans du « trop dur » de temps en temps et à faire du « après travail » !

 

7 : Ta grimpe, tu varieras

 

Rares sont les grimpeurs « multi pratiques », et c’est fort dommage, pour plusieurs raisons : D’abord on exerce une activité riche en pratiques diverses et variées, donc profitez en ! Ensuite elles sont très complémentaires ! Le bloc apportera au grimpeur de voie de la force max et de l’explosivité pour sortir un pas difficile, la falaise offrira au grimpeur de salle de la technique, etc…

 

8 : Même fatigué, tu forceras !

 

Lorsque vous fournissez un effort important votre corps en ressort fatigué, vous avez même « déchiré » de la fibre musculaire. Ensuite, vos muscles se reconstruisent et récupèrent, ils le font en se renforçant, pour mieux répondre aux contraintes que vous leur imposez. On appelle ça la surcompensation. Lorsque vous sollicitez vos muscles alors que vous êtes fatigués, même si vous ne grimpez pas à votre niveau max, ce processus de surcompensation est très efficace ! Donc ne vous découragez pas en pensant que votre séance est inutile et pensez plutôt à votre prochaine séance !

 

9 : Les périodes de récupération, tu respecteras

 

Votre corps a besoin de repos pour assimiler tous les efforts que vous lui demandez lors d’une séance ou lors d’un cycle de plusieurs séances et se reconstruire plus résistant. Je ne vous donnerais pas de temps de récupération idéal car cela serait très théorique, cela diffère entre chaque individu et selon votre « affutage ». Néanmoins, grimper trois ou quatre fois par semaine sans dépasser deux séances d’affilées et se reposer une semaine par mois et demi me parait une bonne moyenne.

 

10 : Ton binôme, tu choisiras

Le mental est une notion essentielle en escalade. Si vous n’avez pas un binôme en qui vous avez confiance et qui vous booste pour progresser et vous donner à fond, vous partez avec un sérieux handicap pour performer ! Par contre grimper avec un grimpeur de votre niveau en voie n’a rien d’obligatoire ! En bloc, cela créé tout de même plus d’émulation de jouer avec des grimpeurs d’un niveau similaire…

 

Ajouter un commentaire

Contact

La Grimpe.com

Pour tout renseignement, propositions ou simplement pour dire bonjour, n'hésitez pas à nous laisser un message.

Retour